Monsieur-alphonse-et-sa-copine-aiden.com » Travaux » La maison autonome pour plus de liberté et d’indépendance

La maison autonome pour plus de liberté et d’indépendance

Vous avez sans doute entendu parler de l’habitation de demain. Ce sont des maisons économiques comme les maisons haute performance, les maisons à faible empreinte écologique et les maisons autonomes. Mais qu’est-ce qu’une maison autonome au juste ? Il s’agit tout simplement d’un logement qui produit plus d’énergie que ce dont il a besoin. Il est autonome en chauffage, en électricité et en eau. Aujourd’hui, nous vous disons tout sur les maisons autonomes !

Les nombreux avantages d’une maison autonome

Plus de liberté, plus d’indépendance, une consommation énergétique réduite… la maison autonome a de nombreux avantages ! Premièrement, elle vous donne la liberté totale sur le choix des systèmes et des matériaux utilisés. Vous n’avez aucun abonnement au gaz ou encore d’électricité à payer, car vous ne passez pas par les réseaux d’alimentation traditionnelle.

Bien au contraire, vous utilisez des ressources renouvelables et écologiques pour produire votre propre électricité, votre propre eau et votre gaz. Ce qui réduit considérablement l’impact environnemental de la maison.

Qu’en est-il des inconvénients ?

Il ne faut pas le cacher. Pour construire une maison autonome ou pour rénover une maison existante en maison autonome, il faut disposer d’un budget conséquent. Même si l’autonomie permettra de dépenser très peu pour faire fonctionner la maison, l’investissement de départ est souvent très important. Autre inconvénient : si les équipements dysfonctionnent, vous ne pourrez pas compter sur les réseaux traditionnels pour prendre le relais, car vous ne disposez pas de raccordement.

Qui plus est, les équipements installés nécessitent un entretien assez régulier. Enfin, l’autre inconvénient de la maison autonome est que ses installations requièrent de la place à l’intérieur et à l’extérieur. En effet, les poêles, les ballons solaires, les batteries, les éoliennes, les panneaux solaires et les puits canadiens prennent de la place et il faudra obligatoirement en disposer pour profiter d’une maison autonome.

Les solutions, installations et équipements pour une maison autonome

Rappelons-le, l’objectif des travaux est de faire de votre habitation une maison entièrement autonome qui ne fait pas appel aux réseaux de gaz, d’électricité et d’eau. Pour que votre maison devienne autonome, vous devrez penser aux installations suivantes :

  • Un système de chauffage au bois
  • Une isolation des combles, des murs et du sol optimisée
  • Des fenêtres à isolation renforcée
  • Un système de récupération d’eau de pluie
  • Une éolienne
  • Des panneaux solaires photovoltaïques
  • Un puits canadien
  • Des parois végétalisées

Un professionnel saura vous orienter vers les meilleures solutions pour vous en fonction du type de projet, s’il s’agit de la rénovation d’une maison ancienne ou d’une nouvelle construction et du budget dont vous disposez.

L’isolation de la maison avant tout

En optant pour ces solutions, vous arriverez à bien isoler votre maison. Et pour que votre maison soit autonome, elle doit obligatoirement être isolée. Il s’agit ici d’isoler les murs, la toiture et le sol. Le renforcement de l’isolation occupe une place importante dans la conception d’une maison indépendante. La maison doit également bénéficier d’une exposition favorable aux apports solaires. De même, elle doit pouvoir se protéger des fortes chaleurs, sinon elle ne préservera pas le confort d’été.

Vous pourrez créer une toiture végétalisée pour optimiser la fraîcheur en été. Quant à la ventilation de la maison, elle pourra se faire par l’installation d’un puits canadien. Après, rien de tel que l’installation d’un système de récupération et de filtration d’eau de pluie. Enfin, dans les WC, vous pourrez faire installer des toilettes sèches. Celles-ci s’alimentent avec du compost.

La maison autonome en chauffage

Il est tout à fait possible de devenir autonome en chauffage. Après l’isolation du logement, il faut vérifier son étanchéité et la qualité de l’air. Dans le cas d’une construction neuve, il est conseillé d’opter pour la construction passive bioclimatique. La maison ne consomme que très peu, mais parvient à garantir une température confortable.

En rénovation, vous devrez nécessairement revoir l’isolation, installer un chauffage solaire passif et un poêle à bois. Il est ici question d’intégrer de la masse thermique pour absorber et accumuler la chaleur avant de la redonner confortablement et sainement.

La maison autonome en électricité

Votre maison peut être autonome en électricité seulement si elle produit son propre électrique. Vous devrez veiller à la consommer directement. Avec des panneaux solaires photovoltaïques, la chaudière à micro-cogénération et les éoliennes domestiques, vous pourrez produire de l’électricité domestique.

À savoir que le fait de vendre du surplus d’électricité va à l’encontre de la logique d’autonomie. La maison autonome en électricité ne peut être connectée au réseau national.

La maison autonome en eau

Même si en France, il est interdit d’utiliser les eaux de pluie en tant qu’eau potable, il est tout à fait possible de récupérer les eaux pluviales et de les traiter pour les utiliser dans les toilettes ou le jardin. Pour cela, la meilleure solution est de faire installer une cuve en béton avec un toit en tuile de terre cuite. Cette installation permettra de récupérer une grande partie des eaux de pluie.

Attention, pour devenir autonome en eau, il faut bannir certaines installations, comme les piscines et les bassins. Il faudra éviter de faire couler l’eau inutilement et éviter toute surconsommation. Comme nous le disions, les toilettes sèches sont également une bonne solution. Pour devenir autonome en eau chaude, vous pourrez vous équiper d’un chauffe-eau solaire thermique.

La maison autonome et le recyclage des déchets

Le recyclage des déchets est obligatoire pour que la maison soit complètement autonome. Cela passe par l’évacuation et le traitement des eaux usées et des déchets organiques. La phytoépuration est d’ailleurs une bonne solution pour traiter l’eau usée.

Ce système utilise des plantes et des bacs de décantation et de filtration pour filtrer l’eau. Quant au compostage, il servira à traiter les déchets organiques et à créer du compost pour les plantations.

En conclusion

Pour acquérir cette liberté, il faut disposer d’un budget solide et il faut penser aux bons équipements et aux installations adaptées. Après, pour que la maison soit autonome, rien de tel que l’aménagement d’un terrain de permaculture. Produisez vos propres légumes et vos propres fruits.

Faites installer une serre d’abondance pour produire de la nourriture fraîche et biologique. En d’autres termes, il s’agit de créer, d’installer et de maintenir un mode de vie autonome. Il faut par-dessus tout être débrouillard et savoir utiliser des ressources personnelles pour créer une maison autonome.

Continuez votre visite